skip to Main Content
Dates_EN
csce2019-logo
Dates_FR

CONFÉRENCIERS D'HONNEURS

CONSTANTIN CHRISTOPOULOS, Ph.D., P.Eng.

Professeur et titulaire de la chaire de recherche du Canada en Résilience sismique des infrastructures
Directeur du laboratoire des structures
Départment du génie civil et génie minier, University of Toronto
Éditeur associé, Revue canadienne de génie civil

constantin

Pourquoi nous devrions bâtir des infrastructures plus résilientes et comment le faire

Jeudi 13 juin, déjeuner – Laval 1 / 2 

La protection de nos infrastructures au Canada est d’une importance fondamentale pour la sécurité publique et pour tous les secteurs de notre économie. Même si les pertes en vies humaines sont évitées lors de la conception de structures conformes aux codes modernes, des événements catastrophiques majeurs, comme des tremblements de terre ou des ouragans, peuvent causer des dommages importants, des pertes économiques et mettre à rude épreuve le bien-être des Canadiens. Pour relever ce défi, les ingénieurs font évoluer leurs méthodes traditionnelles de conception de structures « sûres » vers des structures plus « résilientes », l’objectif ultime étant de concevoir et de construire une nouvelle génération d’infrastructures qui restent intactes et pleinement opérationnelles même après des catastrophes majeures.

Dans cette présentation, on présentera un aperçu des recherches expérimentales et numériques à grande échelle qui ont eu lieu au cours des deux dernières décennies à l’Université de Toronto pour développer cette nouvelle génération de systèmes structuraux résilients.

Des exemples de l’impact de ces travaux sur l’état de la pratique ainsi qu’un aperçu des nombreuses activités de transfert de technologie qui ont été réalisées pour mettre en pratique ces innovations de l’Université de Toronto seront également discutés.

Constantin Christopoulos est professeur au département de génie civil et minier de l’Université de Toronto. Il a complété son baccalauréat et son doctorat à l’École Polytechnique de Montréal et son doctorat à l’Université de Californie à San Diego avant de se joindre à l’Université de Toronto. Il est l’auteur de plus de 150 articles techniques, de deux manuels qui sont utilisés dans des cours aux cycles supérieurs dans plusieurs pays, et le co-inventeur de plusieurs brevets internationaux.

24E CONFÉRENCE DE SPÉCIALITÉ HYDROTECHNIQUE CANADIENNE – L’ADAPTION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES

Moderator: Dr. Kerry Mazurek
Associate Professor
College of Engineering – University of Saskatchewan 

flood

Jeudi 13 juin – diner – Laval 1 / 2 

L’adaptation aux changements climatiques est une préoccupation majeure pour la conception et la modernisation des infrastructures, en particulier pour les villes.  Cependant, il existe une grande incertitude liée aux estimations des changements climatiques, par exemple, pour les changements de l’intensité des précipitations pour une ville donnée. De plus, les étudiants du premier cycle en génie civil sont en général peu informés sur la façon dont les estimations des changements dans les variables climatiques comme le vent et la pluie sont effectuées.

Au cours de cette table ronde, on présentera brièvement la façon dont les estimations liées aux changements climatiques sont effectuées. Cette introduction se concentrera sur une introduction aux techniques utilisées pour estimer les changements de l’intensité des précipitations pour une ville au cours de la durée de vie nominale de son infrastructure hydraulique (les 100 prochaines années).  Ensuite, on demandera au groupe d’experts de discuter de ce qui suit :

  1. Que signifie » infrastructure résiliente » dans le contexte des changements climatiques ?
  2. Comment une ville devrait-elle penser et gérer l’incertitude associée aux estimations ? Par exemple, comment les ingénieurs devraient-ils s’y prendre pour établir des normes de conception en fonction de l’intensité changeante des précipitations lors de la conception ou de la modernisation des systèmes de collecte des eaux pluviales ?
  3. Comment préparer les futurs diplômés en génie civil et les ingénieurs en exercice à faire face à ces problèmes ?

Panellistes

Peter Langan, Vice-président de RV Anderson and Associates à Toronto

  • RV Anderson and Associates est une société de conseil en ingénierie municipale qui a travaillé dans la conception pour l’adaptation au changement climatique.

Alireza Nazemi, Ph.D., EIT, Professeur agrégé, Building, Civil, and Environmental Engineering, Concordia University, Montreal, Quebec

  • Ses recherches portent sur : l’évaluation de la vulnérabilité des systèmes de ressources en eaux aux conditions changeantes ; les changements hydrologiques à grande échelle et les risques naturels et anthropiques connexes dans le cadre d’un scénario de changement planétaire ; la réduction d’échelle et la désagrégation des résultats des modèles climatiques au Canada.
  • Rédacteur en chef adjoint, Villes et société durables

Van-Thanh-Van Nguyen, Ph.D., P.Eng., Endowed Brace Chair Professor of Civil Engineering, Department of Civil Engineering and Applied Mechanics, McGill University, Montreal, Quebec

Directeur par intérim (2007-2008) et directeur associé (2004-2012) du Centre sur l’environnement mondial et les changements climatiques. Son expertise porte sur :

  • Impacts des changements climatiques et adaptation dans la gestion de l’eau
  • Modélisation des processus hydrologiques à différentes échelles spatiales et temporelles (précipitations, débits, températures, etc.)
  • Estimation régionale des variables hydrologiques extrêmes (précipitations extrêmes, inondations, températures extrêmes, tempêtes de verglas, etc.)
  • Conception, planification et gestion des systèmes de drainage urbain

Joseph Daraio, Ph.D., Engineering Liscensee, Professeur adjoint, Department of Civil Engineering, Memorial University, St. John’s, Newfoundland

Ses recherches portent sur les impacts potentiels des changements climatiques sur les infrastructures liées aux eaux pluviales et les ressources en eau.

  • Étudie l’impact de l’utilisation des terres et des changements climatiques sur l’hydrologie et l’écologie des bassins hydrographiques.
  • Il participe à un vaste projet à Terre-Neuve visant à former des ingénieurs et des planificateurs professionnels sur la façon d’intégrer les considérations relatives au changement climatique dans la planification et la conception des infrastructures.

PROFESSOR MOHAMED AL-HUSSEIN, Ph.D., P.Eng

Professor
Hole School of Construction Engineering
University of Alberta

alhusseinashx

Modular and Offsite Construction Practice the Move to Fabrication or Manufacturing

Vendredi 14 juin – déjeuner – Laval 1 / 2 

From the early dawn of the industrial revolution, efficiency has always been an important motivational element which allowed engineers to invent new processes or improve existing ones by means of new managerial approaches. In this respect, the quest for efficiency in the field of building construction has led to the emergence of modularization which in turn catalyzed the expansion of off-site construction. The latter improved quality, scheduling and enabled better safety standards to be implemented since work is performed within a controlled environment. The above enumerated benefits have created different challenges the most important of which is probably the necessity to rely on better design and drafting for manufacturing (k.a. BIM) and automation or semi-automation. In North America, the culture among construction professionals insofar as: a) as BIM is concerned, it revolves around primitive CAD tools; and b) as automation is concerned, it is conventional construction under a roof. This presentation aims at examining the North American practice or “culture” considering: 1) Offsite prefabrication and industrialization of construction practice in North America; 2) Technological Innovations in prefabrication of construction: the move from conventional construction under a roof to a true manufacturing; and 3) Prefabricated systems and manufacturing technologies: products and components.

Dr. Mohamed Al-Hussein is a professor in Department of Civil & Environmental Engineering Hole School of Construction Engineering at the University of Alberta. He is also NSERC Industrial Research Chair in the Industrialization of Building Construction and a Director of Nasseri School of Building Science and Engineering; he is a highly sought researcher in the areas of Modular and offsite construction, Lean Manufacturing, construction process optimization, and Building Information Modeling (BIM). Dr. Al-Hussein research has been published in over 200 scientific journal articles and conference proceedings.

MOHAMED GAMAL EL-DIN, Ph.d., P.Eng.

Professeur, NSERC Senior Industrial Research Chair in Oil Sands Tailings Water Treatment
Theme Co-Lead, Resilient Reclaimed Land and Water Systems, Future Energy Systems (FES)
Department of Civil and Environmental Engineering
University of Alberta

mohamed

Overview of the Alberta Oil Sands: Key Issues and Environmental Impacts

Vendredi 14 juin – diner – Laval 1 / 2 

Les progrès réalisés dans l’exploration et la production des sables bitumineux de l’Alberta ont propulsé le Canada au quatrième rang mondial des producteurs de pétrole brut en 2018, derrière les États-Unis, la Russie et l’Arabie saoudite. Toutefois, l’exploitation des sables bitumineux en Alberta a fait l’objet de critiques sévères et croissantes de la part de groupes environnementaux canadiens et internationaux. Les défis actuels pour l’industrie des sables bitumineux de l’Alberta sont les impacts environnementaux associés aux activités minières, y compris les émissions atmosphériques, la perturbation et la remise en état des terres, ainsi que l’utilisation de l’eau qui entraîne sa contamination et la nécessité de la traiter et de la remettre en état. De plus, l’exploitation des sables bitumineux est un enjeu public délicat non seulement au Canada, mais aussi dans le monde entier. En particulier, les Autochtones qui vivent dans la région des sables bitumineux craignent les répercussions possibles sur la santé et sont préoccupés par les répercussions environnementales de l’exploitation des sables bitumineux. Cette présentation donnera un aperçu des processus d’extraction des sables bitumineux, des déchets générés et de leurs impacts environnementaux. Certaines des stratégies de traitement et de récupération de l’eau par le biais d’approches techniques et de traitement passif seront également présentées.

Mohamed Gamal El-Din est professeur au département de génie civil et génie de l’environnement de l’Université de l’Alberta. Depuis 2011, il est titulaire d’une chaire de recherche industrielle (chaire de recherche industrielle) du CRSNG sur le traitement des eaux de résidus des sables bitumineux.

SESSION SPÉCIALE – RISQUES NATURELS

M. Giovanni Fusina, Ph.D.
Defence Scientist, Defence Research and Development Canada

M. Pascal Marceau
Direction de la prévention et de la planification, Ministère de la Sécurité publique

M. Eric Martel
Directeur adjoint et Coordonnateur de la sécurité civile, Service de sécurité incendie de Rigaud

M. Miroslav Nastev, Ph.D.
Research Scientist, Geological Survey of Canada, Natural Resources Canada

special_session

Vendredi 14 juin – 9h00 – 17h00

Au cours des dernières semaines, de nombreuses municipalités québécoises ont vu le niveau des plans d’eau s’élever au point de prendre d’assaut des quartiers résidentiels. Venez rencontrer nos présentateurs spécialistes de cette question lors de cette session spéciale faisant partie de notre congrès annuel.

MARCEL MARTINEAU Eng. M.Sc.A.

Ingénieur géotechnicien et en matériaux
SNC Lavalin- Infrastructure construction

marcel

Propriétés et performances des matériaux utilisés pour la construction du pont Samuel de Champlain (nouveau pont Champlain)

Samedi 15 juin – déjeuner – Laval 1 / 2 

Le pont Samuel de Champlain est l’un des plus importants projets de construction d’infrastructures en Amérique du Nord. Les composantes non remplaçables de ce pont doivent avoir une durée de vie nominale de 125 ans.

Les exigences de durabilité des matériaux à utiliser sur le pont sont très élevées par rapport à une structure standard. Dans cette présentation, nous expliquerons le processus qui a été mis en place pour le choix des matériaux, en particulier pour le béton. Plus de 150 différentes conceptions de mélanges de béton ont été utilisées sur le projet et de nombreuses modifications ont été effectuées sur les mélanges de béton en raison des contraintes de construction.

Certaines des difficultés rencontrées durant la construction seront abordées en ce qui concerne l’utilisation de béton à haute performance et de béton autonivelant. Enfin, le programme d’essais qui a été réalisé afin de satisfaire aux exigences en matière de durabilité sera présenté.

Marcel Martineau est ingénieur en géotechnique et en matériaux chez SNC Lavalin – division construction d’infrastructures. Il a obtenu un baccalauréat en génie géologique de l’Université Laval en 1983 et une maîtrise en génie civil (géotechnique) de l’Université de Sherbrooke en 1985. De 1985 à 2015, M. Martineau a travaillé pour plusieurs firmes de consultation en géotechnique et en essais de matériaux à Montréal. En juin 2015, il se joint à l’équipe de Signature sur le Saint-Laurent qui est responsable de la construction du pont Samuel de Champlain. Depuis janvier 2019, il est également impliqué dans le projet du REM (Réseau électrique métropolitain).

Back To Top